Brèves de méthodes : Les définitions

 

L’approche stratégique et systémique est « une école de pensée qui étudie « comment » les êtres humains se rapportent à la réalité, ou, mieux, comment chacun de nous entre en relation avec soi-même, avec les autres et avec le monde (P. Watzlawick». )

 

A CHACUN SA SOLUTION

Comme nous sommes constitués de différents aspects profondément intriqués, en fonction des besoins et de ce que la personne a la possibilité de modifier à un moment donné, un outil sera plus adapté qu'un autre, une forme d'intervention plus abordable qu'une autre...

  • ​L'hypnose Ericksonienne

 

L’hypnose en thérapie, envisagée à la manière d’Erickson, est une relation vivante entre deux individus.

 

«  L’hypnose, c’est une relation pleine de vie qui a lieu dans une personne et qui est suscitée par la chaleur d’une autre personne. » Milton Erickson

 

En hypnose on se rend compte de ce que l'on fait, on ne dort pas et on peut décider d'arrêter à tout moment. 

L'hypnose de spectacle n'est pas celle de la thérapie. L'hypnose de spectacle crée des interrogations alors que l'hypnose thérapeutique agit sur nos interrogations...

L’hypnose est avant tout une pratique et un outil mis ici au service de la thérapie.
Elle peut s’intégrer facilement à toute approche psychothérapeutique : approche humaniste, psychanalyse, thérapies cognitives et comportementales, thérapies brèves, transpersonnelles, systémiques, etc.
L’hypnose est à considérer à la fois comme un "amplificateur" et un "accélérateur de thérapie".

L’hypnose éricksonienne est essentiellement permissive : aucune suggestion thérapeutique directe ne vient de l’hypnothérapeute.

L'hypnose d'Ernest Rossi (www.ernestrossi.com), élève de Milton Erickson , chercheur en neurosciences et en hypnose, apporte une autre dimension, tout comme Stanislav Grof et bien d'autres chercheurs ouvrant le champs des possibles.

Le rôle de l’hypnothérapeute est de guider le patient vers son espace inconscient, et d'actionner ses capacités propres.

Cette thérapie brève vous permet de reprendre le contrôle :

Chez l'adulte :

 

  • La vie professionnelle 

  • La confiance en soi, estime de soi, dévalorisation

  • La vie amoureuse

  • séparation difficile

  • Le stress, l'anxiété, la nervosité

  • Deuil

  • L'insomnie

  • La timidité

  • Le mal-être

  • Les phobies, les traumatismes

  • Les dépendances* , addictions* (Jeux, alcool, drogues , cyber...) *exclusivement en complément d'un suivi avec un professionnel de santé

  • Le sevrage tabagique

  • Les compulsions

  • La gestion du poids

  • Atteinte d’un objectif personnel, stratégie de motivation, procrastination...

  • Préparation à un examen, préparation mental

  • Volonté, maîtrise de soi

  • Mémoire, concentration

  • Communication en public

  • Résolution d'un conflit intérieur

L'enfant :

  • difficultés scolaires

  • sucer son pouce

  • trouble du sommeil

  • pipi au lit

  • cauchemars

  • trouble de l'attention

  • trouble du comportement

  • conflits

  • ...                                                      


 

 

 
  • La PNL : Programmation Neuro Linguistique

La dynamique s’articule autour et à partir d’un « état présent » en allant vers un « état désiré » et en utilisant les « ressources » passées, présentes et à venir (imagination) de la personne.

Techniques héritières des thérapeutes américains, notamment Milton Erickson.

 

   Cette méthode tend à faciliter :

  • La connaissance de soi ;

  • L'accès aux ressources présentes et déjà acquises par la personne ;

  • La création de nouvelles ressources ;

  • La transposition d’une ressource,  d’un contexte  (ex : personnel) à un autre (ex: professionnel).  

  • Rassembler ce qui est épars pour optimiser les potentiels          

                                       

Les croyances limitantes que la personne cultive de manière inconsciente sur elle-même et sur son environnement peuvent générer un état de souffrance et des comportements dysfonctionnels. La thérapie va alors s’attacher à les corriger en s’appuyant sur des outils et des techniques qui aident à développer des comportements de réussite. De la famille des thérapies brèves, elle privilégie le « comment » au « pourquoi » et propose avant tout de mobiliser les ressources. Une fois les pensées et les comportements perturbants ou limitants mis à jour, il devient alors possible de les modifier.                        

 

 
 
 
  • Thérapie intégrative

Elle répond de façon appropriée et effective à la personne, au niveau du fonctionnement affectif, comportemental, cognitif et physiologique . Elle s'adresse également à la dimension spirituelle de la vie, l’intention doit être sincère et la collaboration au processus thérapeutique est indispensable pour un succès de la thérapie.

 

  • Thérapie de couple et familiale

La thérapie familiale considère les troubles psychologiques et comportementaux du membre d’une famille comme un symptôme du dysfonctionnement de la famille dans son ensemble et en rapport avec la souffrance de tous.

Dans une famille, nous naissons et nous grandissons en majorité avec notre père et notre mère (que nous deviendrons), c’est là que seront instaurés les premiers modes de relation et que les conflits psychiques seront à la base de tous les troubles.

Le but est de repérer les "non-dits", les fausses croyances, la peur du changement… et de redonner à la famille ses capacités de fonctionnement.

 

  • Thérapie systémique
Nous avons tous déjà fait l’expérience étonnante de nous sentir différents et d’agir différemment en fonction des personnes avec qui nous sommes. Le père, la mère, l’ami, le conjoint, l’employé, le citoyen engagé, le fils, la fille, sont des rôles et des fonctions que nous revêtons et qui font ressortir différentes facettes en nous. Ce sont aussi différentes appartenances à différents groupes humains qui nous construisent chacune différemment. Cela ne signifie pas que nous n’avons pas de personnalité propre, pas de noyau, mais il est vrai que nous existons dans un environnement humain qui a toujours un impact sur notre manière d’être et de nous comporter.

La thérapie systémique prend au sérieux ce constat. Elle considère qu’une personne et a fortiori ses difficultés doivent être comprises et travaillées là où elles émergent, c’est-à-dire à l’intérieur du groupe humain. Lorsque nous sommes angoissés, déprimés, épuisés, nous avons tendance à penser que ce symptôme n’appartient qu’à nous, que nous avons un problème, que nous ne sommes pas normaux. Mais souvent c’est bien plus complexe. Car le groupe humain dans lequel nous nous situons ne fonctionne pas de manière arbitraire, il s’est construit une identité, ses membres ont développé une manière d’être ensemble et des interactions que l’on peut comparer à une mécanique : c’est ce qu’on appelle un système.

La thérapie systémique travaille donc sur "le système", ce qui explique pourquoi elle fait souvent participer les membres d’un même système, que ce soit le groupe familial ou le couple.

L’expérience montre que lorsque des enfants ou des adolescents sont en souffrance, la présence des membres de leur famille en thérapie améliore souvent rapidement leur état. De manière semblable,  lorsqu’un couple est en crise, c’est le travail avec le couple qui amène un changement favorable là où la thérapie individuelle risquerait encore de disloquer davantage le couple.

Bien que la thérapie systémique soit souvent familiale, il s’agit d’une approche qui est très féconde également lorsque le praticien travaille avec une personne individuelle. Parfois la personne ressent le besoin d’avoir son espace à elle seule ou la présence d’autres personnes du groupe familial peut ne pas être souhaitable en cas de gros conflits. Le praticien systémicien aborde les difficultés de la personne en prenant en compte le contexte humain dans lequel elle évolue, sa famille d’origine, son couple, ses relations au travail… Il aborde les difficultés personnelles en faisant appel aux ressources de la personne, que ce soit internes ou relationnelles. Bien que le passé soit important dans la construction d’une personne, l’approche systémique individuelle se concentre sur l'ici et le maintenant, sur le relationnel en situation et permet ainsi d’expérimenter d’autres manières d’être avec les autres et avec soi.


 

  • DNR " Deep Neural Repatterning" : une intervention rapide et efficace

 

Le Deep Neural Repatterning ou en français « restructuration profonde du système neurologie » est un ensemble de techniques de nettoyage émotionnel permettant d’opérer des changements en profondeur, rapides et sans effets secondaires.

Originaire du continent nord américain, cette outils d'intervention s'inscrit en thérapie et arrive progressivement en France.
Les techniques fondatrices des mouvements oculaires ou de taping destinées à cibler uniquement les souvenirs traumatiques, notamment chez les soldats, ont ouvert le champs des possibles pour tous, enfants et adultes.

 

Comment fonctionne le D.N.R (Deep Neural Repatterning) ?
Quelques praticiens utilisent de nos jours cette technique avec des résultats probants en intervenant sur des chaînes de traumas successifs récents ou très anciens .

Le DNR est un catalyser de changement, les stimulations bilatérales favorisent l’intégration en profondeur de la modification des structures (engrammage) et de la géolocalisation des images mentales. Les mouvements oculaires permettent l’intégration neuro-émotionnelle et le « taping » l’intégration sensorielle.

Enfin, le DNR est à double emploi : le praticien peut se servir de ces techniques avec la personne qui consulte, qui peut à son tour les employer de manière autonome pour un usage quotidien.

Cette technique DNR offre désormais une nouvelle alternative pertinente et rapide, dans la prise en charge thérapeutique, en s’inscrivant légitimement dans les thérapies brèves…

Pourquoi est-ce puissant ?

Avec le DNR, on se libère d’un poids sans en subir les effets secondaires, grâce à l' accompagnement  de votre praticien et grâce  à la qualité de l'échange mutuel.

 

Avec le DNR, les interventions sont extrêmement précises et peuvent s’associer parfaitement à l’hypnose.

Le DNR s’utilise dans les deux heures suivant le « trauma » ou quatre semaines plus tard , une fois que la boucle neuronale est complète. Ce qui laisse présager son application immédiate, lors de prises d’otages, d’attentats, d’accidents graves, de chocs brutaux, d’annonce d’un diagnostique lourd…

Par sa puissance cet outil est utile dans de vastes domaines d’intervention :p

il est possible de travailler sur :

  • les valeurs et croyances

  • les traumas

  • les pensées récurrentes

  • les angoisses

  • l'état dépressif

  • la gestion du stress

  • la douleur

  • les peurs

  • le stress

  • les phobies

  • les insomnies

  • la culpabilité

  • le manque d’assurance

  • la colère

  • les comportements limitants

  • les deuils

  • la recherche de ressources inconscientes

  • les peurs inconscientes

  • ...

 

Ces techniques sont également puissantes pour apporter de la ressource :

"Chaque être contient en lui-même la totalité du monde intelligible. Par conséquent, tout est partout. Chacun est cette totalité et la totalité est chacun. L’homme tel qu’il est maintenant a cessé d’être le tout. Mais lorsqu’il cesse d’être une personne séparée, il s’élève et pénètre la totalité du monde". Plotin

Le praticien peut accéder à de la ressource inconsciente chez la personne par le biais  de longues séances, comme cela pourrait se faire en hypnose.

Le DNR est à double emploi : le praticien peut se servir de ses techniques avec la personne qui consulte, qui peut à son tour les employer de manière autonome.

Les outils de DNR sont aussi pour un usage quotidien.  (source: Psynapse)

 

 

 

EN SAVOIR PLUS...SUR L'HYPNOSE ERICKSONIENNE

 

L’Hypnose Ericksonienne

Créée par le célèbre psychiatre américain Milton Erickson, l’hypnose Ericksonienne se différencie de l’approche traditionnelle par une pratique non directive.

La création de la discipline

Milton Erickson pratique l’hypnose dès l’âge de 17 ans, sans réellement le savoir, pour guérir de sa paralysie. C’est grâce à ces expériences et à son sens de l’observation très développé qu’il a commencé à émettre des théories sur la psychothérapie et l’hypnose. Il développe alors une technique d’hypnose basée sur le patient et non sur son problème : l’hypnose Ericksonienne.

Il a contribué à faire avancer le monde de l’hypnose mais également celui de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL).

Les spécificités de l’hypnose Ericksonienne

Cette discipline se pratique avec un praticien ayant bénéficié d’une formation en hypnose. Celui-ci se doit d’être en position basse, contrairement à d’autres types d’hypnose. En effet, son ton et son langage doivent être non directifs et ne pas donner d’ordre. Durant l’hypnose Ericksonienne, il doit utiliser des mots permissifs afin de mettre le plus possible le patient en confiance. C’est une pratique qui se base sur le respect du patient. L’hypnothérapeute doit également s’adapter aux réactions du sujet, car il est présent pour le guider à travers son inconscient. C’est le patient lui-même qui puise dans ses ressources pour trouver la solution à son problème.

L’hypnose Ericksonienne a permis une grande avancée dans le monde de l’hypnose et plus particulièrement de l’hypnothérapie. C’est l’une des pratiques les plus couramment utilisées aujourd’hui.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Milton Erickson

Milton Erickson est l’un des grands noms de l’hypnose. Il a participé à l’amélioration et à la modernisation de la discipline en déviant des méthodes classiques. Il est également à l’origine des thérapies brèves.

Milton Erickson est le premier à affirmer qu’un sujet mis sous hypnose ne perçoit pas les éléments qui l’entourent de la même manière que lorsqu’il est pleinement conscient, et se dresse ainsi contre la théorie du célèbre Clark L. Hull. Il fait également de nombreuses recherches sur la notion de temps pendant l’hypnose, qui seront même financées par la NASA.

La découverte de l’hypnose

Durant son enfance, Milton Erickson est atteint de plusieurs troubles, dont la surdité et le daltonisme. A l’adolescence il développa une poliomyélite. Pour gérer sa rééducation, il utilise diverses méthodes et en arrive à découvrir l’hypnose. Après s’être réveillé d’un coma de plusieurs jours, il se retrouve presque entièrement paralysé. Pour tromper l’ennui, Milton Erickson observe alors les gens qui l’entourent et remarque qu’il existe souvent un décalage entre les paroles d’une personne et ses gestes, ce qui constituera un axe important de ses recherches.

Après 8 mois de rééducation, Milton Erickson choisit d’entrer à l’université pour y étudier la médecine, et se dirige tout naturellement vers l’hypnose. Il décide cependant de ne pas suivre le chemin classique et développe ses propres idées, quitte à s’opposer aux théories des plus grands médecins.

Les compétences de Milton Erickson

Après avoir obtenu son doctorat en médecine en 1928, Erickson part s’installer dans le Michigan et devient directeur de la recherche psychiatrique au Wayne County Hospital. Il étudie alors les daltoniens et les malentendants et fait le lien avec l’hypnose.

En 1940, pendant la deuxième guerre mondiale, ses compétences sont reconnues au niveau national. En effet, les Etats-Unis demandent à Milton Erickson d’estimer les futurs soldats afin de savoir s’ils sont aptes ou non à entrer dans l’armée américaine. Par la suite, il proposera des formations d’hypnose Ericksonienne.

Milton Erickson fonde l’American Society of Clinical Hypnosis et devient rédacteur en chef de The American journal of clinical hypnosis. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de grands thérapeutes, tels que Bateson, Grinder ou Bandler, fondateurs de la Programmation Neuro-Linguistique. Il donna son nom à une nouvelle méthode d’hypnose : l’hypnose Ericksonienne

 

Jay Haley

Jay Haley est un psychothérapeute américain né en 1923. Il a notamment participé à la création de la thérapie familiale. Outre son activité de praticien, il s’est également consacré à l’écriture de nombreux ouvrages, dont voici 3 exemples :

-Strategies of psychotherapy, en 1963, est l’un de ses livres les plus célèbres

-Uncommon therapy, en 1973, parle des techniques de Milton Erickson

-Problem Solving Therapy, en 1976, est co-écrit avec sa deuxième femme, Cloe Madanes

Ses formations et ses diplômes avant l’hypnose

Après avoir participé à la deuxième guerre mondiale, Jay Haley est diplômé de UCLA, de l’université de Berkeley, avec un master en communication, puis d’une formation en hypnose. Il reste dans cette discipline en aidant un anthropologue, Gregory Bateson dans un projet visant à étudier le rôle de la communication dans de nombreux domaines. Il travaille notamment sur l’hypnose et s’entretient régulièrement avec Milton Erickson. Ils ont tous deux contribué à la création du concept de thérapie brève.

Le docteur Erickson continua de fasciner Jay Haley et celui-ci étudia en détail l’hypnose Ericksonienne. Puis, comme beaucoup d’autres élèves d’Erickson, Haley reprit ces théories et les adapta à son travail de praticien familial et conjugal.

Haley cherche avant tout, durant ses séances, à s’ajuster aux pensées du patient. Il n’a pas de « programme de thérapie » définit, et préfère être créatif et s’adapter aux problèmes au moment où ils sont rencontrés. Jay Haley observe la réaction de son sujet face à différents stimuli, et va même jusqu’à la provocation, lorsque cela est nécessaire. Il s’intéresse également à l’environnement des patients, car il considère que celui-ci influence le comportement, comme de plus en plus de thérapeutes à cette époque.

Ses réalisations 

En plus d’avoir fondé la revue Family Process et le Family Therapy Institute, il fut membre de nombreux établissements :

-Le Mental Research Institute of Palo Alto

-Le département psychiatrie de l’Université de Pennsylvanie                                                                          

-Jay Haley enseigna également au Philadelphia Child Guidance Clinic

C’est, aujourd’hui encore, un des professionnels les plus talentueux et les plus productifs du monde de la psychothérapie.

 

Jeffrey Zeig

Jeffrey Zeig est un grand praticien psychothérapeute. Il est également écrivain et enseignant à ses heures perdues. Ses ouvrages, majoritairement sur le thème de la psychologie, ont tous été traduits en près de 15 langues différentes. Le plus célèbre d’entre eux est La technique d’Erickson, dans lequel il analyse de façon très poussée les théories sur l’hypnose du praticien.

Son parcours avant l’hypnose 

Jeffrey Zeig est spécialisé dans les problèmes familiaux et notamment conjugaux. Il est directeur d’un bureau d’édition sur les sciences du comportement, Zeig, Tucher & Theisen. Il proposa également un nombre important de séminaires sur cette discipline.

Les conférences les plus célèbres de Jeffrey Zeig sont Evolution of Psychotherapy. Elles sont admirées et considérées comme une part majeure de l’histoire de la psychothérapie dans le monde.

Jeffrey Zeig et la Milton H. Erickson Foundation

Pendant 6 ans, il fut l’élève de Milton Erickson, avant sa mort. Grand adepte de ses travaux sur l’hypnose, Jeffrey Zeig fonde et dirige la Milton H. Erickson Foundation, dont il est également le directeur actuel. La fondation continue d’étudier l’hypnose Ericksonienne mais donne également des séminaires dans le monde entier, dont un qui permet d’assister aux cours du praticien, comme un retour dans le temps. Jeffrey Zeig publia un livre qui retranscrit cette conférence : Un séminaire avec Milton Erickson. La fondation propose aussi des formations à l’hypnose basées sur les enseignements d’Erickson.

Jeffrey Zeig est également l’un des précurseurs en matière de Programmation Neuro-linguistique (PNL)

 

Stephen Brooks

Stephen Brooks est un hypnothérapeute anglais né en 1951. Il a la particularité d’utiliser l’hypnose indirecte.

Sa vision de l’hypnose

Stephen Brooks débute l’étude de l’hypnose dès l’âge de 18 ans. Il devient vite adepte de l’hypnose Ericksonienne et préfère délaisser les théories traditionnelles qui sont, selon lui, agressives et irrespectueuses car trop intrusives. Dans ces situations, l’hypnothérapeute prend le contrôle de la séance. Stephen Brooks, au contraire, permet au patient d’être acteur de sa propre guérison.

Un pionnier de l’hypnose Ericksonienne en Europe

Stephen Brooks est l’un des premiers à avoir introduit l’hypnose Ericksonienne au Royaume-Uni et en Europe. Cette méthode était encore peu connue dans les années 70. Il créa ainsi des centres de formations, dont le premier, le British Hypnosis Research (BHR), a permis de continuer les recherches d’Erickson dans le domaine de l’hypnose.

Il organise le tout premier séminaire d’Europe sur Milton Erickson en 1985, étudiant et décortiquant ses théories, tout en y apportant une touche de modernité. Il insiste tout particulièrement sur l’importance d’impliquer le plus possible son patient dans la thérapie. Le respect du sujet est capital pour lui.

Les travaux de Stephen Brooks

Stephen Brooks à la particularité de réaliser ses démonstrations sur de vraies personnes, ce qui rend ses conférences et ses cours plus facilement compréhensibles mais aussi plus attractifs. Il rappelle cependant systématiquement que la thérapie doit être adaptée à chaque patient, et qu’il est nécessaire de faire preuve de créativité. Il continua sur sa lancée et donna des conférences partout à l’international.

Après le succès de ses séminaires, Stephen Brooks part en Asie pour étudier la guérison par la transe. Il donna ensuite des cours dans de nombreux établissements. Dans les années 2000, il choisit Internet pour diffuser des cours sur les théories de l’hypnose gratuitement, et cela rencontra un grand succès. Il propose également des formations à l’hypnose pour ceux qui souhaitent devenir hypnothérapeute.

Les théories de Stephen Brooks ont fait le tour du monde et ont servi de modèles à de nombreux thérapeutes.

 

Ernest Rossi

Ernest Rossi, né en 1933, est un psychothérapeute américain, d’influence Ericksonienne. Il a étudié la psychologie, et notamment les théories de Jung, ainsi que les sciences neurologiques.

Ernest Rossi et les théories d’Erickson

Après avoir découvert l’hypnose Ericksonienne, Ernest Rossi cherche à se rapprocher de Milton Erickson et à étudier ses techniques. Pour cela, il va même jusqu’à se faire passer pour un patient afin de pouvoir l’observer de plus près et prendre note de chacune de ses idées. Les deux hommes finissent par collaborer et Erickson lui propose une formation à l’hypnose. Ils publient 3 livres en commun :

-Hypnotic Realities   

-Hypnotherapy : an exploratory casebook  

-Experiencing Hypnosis.

Ernest Rossi, dans ses travaux liés aux théories d’Erickson, a également établi un lien entre l’hypnose et les mécanismes du cerveau, et a ainsi pu dire avec certitude que celle-ci avait un réel effet sur l’homme. Cette découverte a donné une légitimité à tout le travail effectué par Milton Erickson.

Le lien entre le corps et l’esprit

Très intéressé par les neurosciences, il a des idées très arrêtées et solides sur la biologie cérébrale. Ernest Rossi cherche en particulier à allier le côté psychologique et le côté physique. La réunion du corps et de l’esprit est l’un de ses thèmes de prédilection, il en fit d’ailleurs un livre nommé Psychobiologie de la guérison. Ernest Rossi cherche également à mettre les théories scientifiques d’aujourd’hui au service de l’hypnose, et des thérapies psychologiques en général.

A ses multiples connaissances, Ernest Rossi ajoute la génétique. L’hypnose génomique est en effet l’une de ses théories. Elle part du postulat que l’expression des gènes peut être modifiée par des causes extérieures. Il devient ainsi possible de « changer » les gènes. Or, ceux-ci influent sur le comportement. Rossi affirme que l’inverse est vrai également, c’est-à-dire que le comportement peut influencer les gènes. Il pense alors pouvoir résoudre les problèmes de ses patients grâce à l’hypnose.

Ernest Rossi est également intéressé par les rêves et leur interprétation et développe une technique pour les analyser, technique qu’il teste avant tout sur lui-même. Il affirme que cela lui a permis d’évoluer.

 

Histoire de l'hypnose et de la PNL au travers des âges :

 

  • 20ème dynastie, Ramsès II, 3000 ans avant J.C. : en Égypte, une stèle décrivant une séance d’hypnose fut découverte dans les années 1970.

  • L’Abbé de Faria (1756-1819), moine Portugais, met en avant le travail sur la suggestion dans un « sommeil dit lucide » qui donnera naissance à l’hypnose.

  • Au XIXème siècle, John Elliotson, Professeur en Chirurgie, pratique déjà des anesthésies sous hypnose.

  • James Esdaille, chirurgien Ecossais exerçant à Calcutta, rapporte plus de 2000 interventions réalisées avec cette approche.

  • En 1866, Ambroise-Auguste Liébault, médecin de campagne, convainc le professeur Hippolyte Bernheim de l’importance de l’Hypnose et de la suggestion verbale. L’École de Nancy voit alors ses débuts.

  • 1878, Jean-Martin Charcot, titulaire de la première Chaire de Neurologie créée dans le monde, fonde l’Ecole de la Salpêtrière

  • 1885, Sigmund Freud, âgé de 29 ans, effectue un stage à la Salpêtrière pendant quatre mois, auprès de Charcot qui lui enseigne l’hypnose telle qu’il la pratique.

  • 1887, Freud pratique l’hypnose en utilisant des suggestions directes.

  • 1889, Freud préfère abandonner cette technique hypnotique pratiquée à l’époque de façon autoritaire. En 1937, il écrira qu’il n’y a pas de substitut à l’hypnose.

  • 1889, à l’Hôtel-Dieu de Paris, se tient le 1er Congrès International de l’Hypnotisme Expérimental et Thérapeutique.

  • 1891, Freud publie « Psychothérapie Pratique », ouvrage dans lequel il traite de l’hypnose.

  • 1891, en Russie, A.A. Tokarski, mondialement connu pour ses travaux sur la mémoire, inaugure le premier « Cours d’Hypnose et de Psychologie Physiologique » à l’Université de Moscou. Plus tard, Ivan Petrovitch Pavlov élabore la théorie neurophysiologique de l’Hypnose.

  • En France, le professeur Bernheim trouve le nom de « Psychothérapie » pour désigner sa méthode thérapeutique, axée sur la suggestion hypnotique.

  • 1919 Pierre Janet, père de la Psychologie Clinique, découvre le phénomène de la régression hypnotique.

  • 1957, toujours en Russie, K.I. Platonov analyse l’importance considérable des mots sur les sujets en état hypnotique, comme en état de veille « normal ». Il démontre qu’il est possible de contrôler la coagulation du sang et la cicatrisation d’une plaie importante d’un sujet en transe hypnotique.

  • Aux États-Unis, les travaux géniaux de Milton Hyland Erickson, psychiatre Américain né en 1901, bouleversent les conceptions de l’Hypnose et de la Thérapie en général.

  • G. Bateson, P. Watzlawick, Weakland et J. Haley, membres de la fameuse École de Palo Alto, le considèrent comme le « père de la Communication moderne ».

  • 1937, L’Hypnose Ericksonienne est née et va grandir grâce aux élèves d’Erickson tels que Jay Haley, Jeffrey Zeig ou Ernest Lawrence Rossi…

  • 1970, La pratique de Milton Erickson sera aux origines de la Programmation Neuro-Linguistique (PNL), « fille» de Richard Bandler et de John Grinder.

  • Aujourd’hui, l’hypnose ericksonienne a de nombreux champs d’application : développement personnel, thérapie, chirurgie, médecine, coaching, formation… car l’hypnose est un outil permettant l’accès à notre réservoir de ressources inconscientes et illimitées ainsi qu’à nos immenses capacités inconscientes de changement et d’apprentissages.

                                                                                                                                                                                                 

                    " Chronologie" source psynapse.

 

"Surveille tes pensées, car elles deviennent tes mots.

Surveille tes mots, car ils deviennent tes actions.

Surveille tes actions, car elles deviennent tes habitudes.

Surveille tes habitudes, car elles deviennent ton caractère.

Surveille ton caractère, car il devient ton destin."

Gandhi

 

<script type="text/javascript" src="https://platform.linkedin.com/badges/js/profile.js" async defer></script>https://www.medoucine.com/

© 2015 by CABINET ELODIE MARIN S.A.S au capital social de 1000€ -RCS de Bordeaux 819 872 482  siren:  819 872 482 - siège social : 17 avenue des écoles 33370 Tresses

Politique de confidentialité WIX SITE

RCPRO MEDINAT n° 54 335 537 portant l'adhésion n° MD2N10614 (Cabinet ALIANS BP 25-252, 59379 DUNKERQUE Cedex 1 Contrat groupe Allianz iard  Tel  : 01 85 48 04 81 « Conformément aux articles L.616-1 et R.616-1 du code de la consommation, nous proposons un dispositif de médiation de la consommation. L’entité de médiation retenue est : CNPM – MEDIATION DE LA CONSOMMATION. En cas de litige, vous pouvez déposer votre réclamation sur son site : https://cnpm-mediation-consommation.eu ou par voie postale en écrivant à CNPM – MEDIATION – CONSOMMATION – 23, rue Terrenoire – 42100 SAINT ETIENNE »

​alchimie Hypnose sur Bordeaux, l'hypnothérapeute sur Bordeaux Elodie Marin vous propose des séances d'hypnothérapie à Bordeaux dans les domaines suivants : arrêter de fumer, les compulsions alimentaires, Addictions, déprime, burn-out, boulimie, surmonter les phobies, peurs, angoisses, troubles du sommeil, tocs, chocs  trauma, troubles gastro-intestinaux, préparation , énurésie chez l’enfant, gestion des symptômes des allergies , problèmes de peau , auto hypnose hypnose régressive quantique  hypnose quantique bordeaux  hypnose bordeaux  hypnotherapeute bordeaux

Mentions légales RGPD

HYPNOTHERAPEUTE BORDEAUX

HYPNOTHERAPEUTE BORDEAUX



animal totem hypnose